Retour
blog

Mild hybride, full hybride ou hybride rechargeable… Comment choisir ?

Les hybrides se suivent mais ne se ressemblent pas. Des voitures à hybridation dite 'légère' aux hybrides rechargeables en passant par les hybride 'auto-rechargeables', d'une poignée de wattheures à des dizaines de kilowattheures, les différences sont importantes et influencent grandement le prix de revient, le taux d'émission de CO2 et le régime fiscal

La règle générale est simple : plus la batterie est grosse, plus l'autonomie électrique est importante. Le corolaire, c'est que la voiture est aussi plus lourde et plus chère. Mais de l'autre côté, une plus grosse batterie garantit aussi un régime fiscal plus avantageux, ce qui compense partiellement, voire totalement, le surcoût à l'achat. Un rapide aperçu des choix.  

Mild hybrides

A la base, il s'agit de voitures équipées d'un moteur thermique classique, auquel on a adjoint une petite batterie. Cette batterie permet de stocker – modestement – l'énergie récupérée lors des décélérations. Grâce à un alterno-démarreur, cette énergie sert d'assistance au moteur thermique au démarrage et lors des accélérations. Ce type d'hybride n'est toutefois pas en mesure de rouler en mode 100% électrique.

L'impact de cette assistance électrique ? Une baisse de la consommation de 5 à 10%. Les systèmes d'hybridation légère les plus performants fonctionnent avec une tension de 48 volts. C'est le cas notamment des VW Golf, Seat Leon et Skoda Octavia équipées du moteur eTSI. Les versions plus 'basiques' se contentent de 12 ou 24 volts. En réalité, on pourrait assimiler cette forme d'hybridation à un système start/stop évolué.

Full hybrides

Toyota, Lexus, Ford, Kia, Hyundai et Renault proposent des 'full hybrides', parfois aussi appelées hybrides 'auto-rechargeables'. Le moteur thermique entraîne les roues avec ou sans l'aide du moteur électrique. La batterie a une capacité de 1 à 2 kWh et se recharge via la récupération de l'énergie générée lors des décélérations, à l'instar des mild hybrides, ou via le moteur à combustion qui fait alors office de générateur. 

Ces hybrides peuvent parcourir quelques kilomètres en mode 100% électrique. Cette technologie convient surtout à la conduite en ville et en périphérie, là où la batterie peut profiter des nombreux ralentissements pour se recharger. Les full hybrides ne sont pas des voitures sportives, même si elles affichent parfois pas mal de chevaux. Mais si vous voulez réduire votre consommation de 20 à 35%, vous avez tout intérêt à adopter un style de conduite calme et détendu.

Hybrides rechargeables ou PHEV

Techniquement parlant, les hybrides rechargeables apparaissent comme la solution la plus sophistiquée, mais elles sont aussi les plus chères. Le moteur conventionnel est assisté par un puissant moteur électrique alimenté par une solide batterie, dont la capacité tourne en moyenne autour de 13 kWh. On trouve néanmoins sur le marché des SUV hybrides rechargeables avec des batteries de 20 kWh, voire plus.

Le fonctionnement d'une voiture PHEV est d'une certaine façon comparable à celui d'une full hybride. La grande différence, c'est que vous avez la possibilité – et même l'obligation – de recharger la batterie via le réseau électrique. Cela peut se faire à partir d'une prise de contact ordinaire (pas vraiment conseillé), d'une wallbox ou de bornes de chargement publiques.

En fonction de la taille de leur batterie, les hybrides rechargeables sont en mesure de parcourir entre 35 et 80 km en mode purement électrique. Mais si vous négligez de recharger votre PHEV, vous allez consommer sensiblement plus qu'avec son homologue à moteur thermique en raison de son important surpoids (imputable aux batteries).

Une hybride d'occasion en leasing ?

Lizy propose en permanence un vaste choix de véhicules hybrides. Cela va du cross-over hybride rechargeable au gros SUV hybride, d'Audi à Volvo… Découvrez l'offre ici.